ARCHITECTURE DES BORDS DE MARNE 

De Maisons-Alfort à Joinville-Le-Pont

7

Logo-son-95.png
Logo-son-95.png
Logo-son-95.png

:Interviews inédits

 

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





Interview de Dominique Renaud
Architecte
Un podcast inédit réalisé par Fanny Rahmouni pour #Archipel francilien © Les CAUE d'Île-de-France
 

A. L'espace Jean Ferrat

8. Quartier Polangis


© Martin Argyroglo

Le quartier Polangis est alloti au début du XXème siècle par la Société Civile Immobilière de Battarel sur l’ancien terrain du Château de Polangis, datant du XVIIème siècle. Creusé en 1886, le canal Polangis est alors créé dans l’optique d’attirer les Parisiens souhaitant profi ter de la campagne et des bords de Marne. Face à cet engouement, de nombreuses maisons de villégiature sont construites sur la rive droite de la Marne. La Villa Denise, visible au 29 de l’avenue Foch, est représentative de ces constructions typiques des années 1930 notamment grâce à ses frises en « graffi to » fi gurant des animaux fantastiques et des ornements végétaux. L’école primaire Polangis datant de 1896 et l’Église Sainte-Anne de Polangis, construite en 1907, font également partie du patrimoine remarquable du quartier.





 
Extrait du film "Les Bâtisseurs" de Jean Epstein, (1938)
© Ciné-Archives, fonds audiovisuel du PCF et du mouvement ouvrier
 

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





Les pilotis du centre de secours fluvial permettent de surélever le bâtiment du sol, pour diverses raisons parmi lesquelles :   
 

B. L'usine des eaux

Photographies intérieures de l'usine des eaux
 

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





Images d'archives

C. La résidence Panoramis

 
 

5. Hôtel de ville de Joinville-le-Pont


© Martin Argyroglo

Bâtiment des années 1970 de l’architecte Gilbert Picquenard, la mairie de Joinville-le-Pont a fait l’objet en 2019 d’une rénovation menée par l’Atelier Aconcept afin d’améliorer l’accueil et le contrôle des flux des usagers. Les luminaires et le mobilier existant (signé Knoll) ont été conservés, tandis que les espaces du rez-de-chaussée ont été entièrement repensés. L’accueil et son grand luminaire en globes de verre (faisant écho à celui de la salle des fêtes de l’étage) font désormais face à l’entrée. Autour, se répartissent les « huttes », espaces intimistes permettant de recevoir le public pour les démarches administratives. Elles sont entourées de claustras en bois naturel garantissant confidentialité des échanges et transparence du rez-de-chaussée. Une bibliothèque en double niveau offre un large point de vue sur la Marne.





Photographies intérieures de l'Hôtel de ville

D. Logements et gymnase du Bataillon

 
 

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





Interview de Claire Bayeler
Syndicat Marne Vive
Un podcast inédit réalisé par Fanny Rahmouni pour #Archipel francilien © Les CAUE d'Île-de-France
Deux amies et des baigneurs sur l'île Fanac à Joinville-le-Pont
Carte blanche à Fanny Rahmouni
Un podcast inédit réalisé par Fanny Rahmouni pour #Archipel francilien © Les CAUE d'Île-de-France
 

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





Interview de Philippe Lancry
Architecte
Un podcast inédit réalisé par Fanny Rahmouni pour #Archipel francilien © Les CAUE d'Île-de-France

2 Maisons de ville partagées

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





 
Images d'archives

7. Résidence Orpéa


© Martin Argyroglo

Lauréat 2017 du palmarès grand public Archicontemporaine organisé par le ministère de la Culture, l’Ordre des architectes et les Maisons de l’architecture, le projet de l’agence Lankry Architectes propose la restructuration et l’agrandissement d’une maison de retraite de 90 lits. Installé sur les berges de la Marne, face à l’île Fanac, dans un tissu pavillonnaire à préserver, le bâtiment s’étend sur quatre-vingts mètres de long. Pensée comme une juxtaposition de maisons, l’extension vient s’insérer parmi les cinq pavillons existants qui ont été conservés et les autres maisons du quartier de manière à retrouver un alignement rythmé et cohérent sur les quais.

Le choix de la volumétrie et des matériaux reste néanmoins contemporain.





 
L'école de Danse
© Lancry Architectes
 

E. Quartier Palissy

10. Ancienne usine de cinéma Pathé


© Martin Argyroglo

Saviez-vous que Joinville-le-Pont fut le centre du cinéma français durant des décennies ? Charles Pathé et Léon Gaumont y firent en effet construire, en 1923, plusieurs studios sur un terrain de 16 500 m2.

La Société Générale de Travaux Cinématographiques (dont le sigle « GTC » figure toujours sur la grande cheminée de type Eiffel qui marque le paysage des bords de Marne), produit alors jusqu’à 20 000 km de pellicule par an, réalise des trucages et des effets spéciaux ainsi que des sous-titrages. Le dernier exploitant des studios se délocalise en 1987 à Bry-sur-Marne, ce qui entraîne la démolition d’une partie des studios en 1991.

Les bâtiments encore existants sont particulièrement représentatifs de l’architecture industrielle de l’époque : halles implantées autour d’une cour, composées d’une structure métallique (zinc et acier), de brique et de verre. Ils ont pour l’essentiel été reconvertis en bureaux. Un seul bâtiment est encore utilisé comme plateau par une société de production.





 
Images d'archives

Photographies originales, Martin Argyroglo 
Conception sonore, Fanny Rahmouni 
Images, CAUE-IDF, Archipel francilien, 2020 © Martin Argyroglo